contact: massimo.prearo@gmail.com

Thèse

Thèse
Doctorat d’Etudes Politiques sous la direction de Marcel Gauchet
Centre d’Etudes Sociologiques et Politiques Raymond Aron – EHESS, Paris

Soutenance le 31 mars 2011
Jury de thèse : Marcel Gauchet historien et philosophe (directeur de thèse), Sylvie Chaperon, historienne (rapporteure), Ruwen Ogien, philosophe (rapporteur), Eric Fassin, sociologue

Mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité

Titre :

La genèse des mouvements d’affirmation identitaire : homosexualité et identité à l’âge de l’autonomie

Résumé :

Cette thèse étudie l’émergence du mouvement homosexuel français, depuis l’apparition de la notion d’homosexualité à la fin du XIXe siècle jusqu’à la constitution d’un mouvement inter-associatif lesbien, gai, bi et trans (LGBT) dans les années 2000.

Partant de l’hypothèse foucaldienne qui considère la sexualité comme un discours historiquement et socialement construit émergeant dans le cadre d’un champ sémantique scientifique (science sexualis), ce travail postule que l’appropriation militante du savoir sur l’homosexualité procède d’une pratique collective de production et de reproduction discursives (science militantis). Ainsi, l’institution politique de l’homosexualité en mouvement n’est pas une lente et progressive marche vers l’émancipation. Elle s’inscrit dans le fait identitaire constitutif de la configuration socio-historique contemporaine : l’entrée dans l’âge de l’autonomie.

À partir d’une analyse politique de la trajectoire d’approfondissement de l’autonomie, et notamment des lectures contextuelles (philosophiques, historiques, sociologiques, anthropologiques) formulées par les auteur-e-s, cette étude propose, selon une approche sémantique de la pratique militante, une analyse des « archives » du militantisme homosexuel français (essais, journaux, magazines, tracts, lettres d’information, documents associatifs). Sont alors étudiés les moments névralgiques d’émergence et de disparition des organisations homophiles, homosexuelles, gays et lesbiennes, ainsi que les modalités d’agencement, d’organisation et de distribution de trois facteurs clés apparaissant comme les opérateurs de cette histoire politique de l’homosexualité : le mouvement, l’identité et la communauté.

Mots-clés :

sociologie politique du genre et de la sexualité, sociologie des mouvements sociaux, anthropologie politique, philosophie politique, mouvements sociaux, analyse politique, sémantique, autonomie, identité, communauté, homosexualité, stratégies militantes, militantisme, démocratie, périmètres socio-anthropologiques, moments socio-historiques.